Abonnez-vous

Compétitions mathématiques au féminin


Élisabeth Busser

Il existe depuis toujours des compétitions d'athlétisme ou de ski pour filles, il y a depuis 1927 des compétitions d'échecs pour les filles... Alors, pourquoi ne pas envisager des compétitions de maths au féminin ? Faisons le point sur les initiatives existantes.


Partant du constat que les filles participent peu aux compétitions mathématiques (la participation à l’Olympiade internationale de mathématiques plafonne à 11 %, tous pays confondus) et sont peu attirées par les études scientifiques en général, mathématiques en particulier, des compétitions mathématiques réservées aux filles ont été créées dans certains pays où l’enseignement est mixte : la Chine en 2002 avec la China Girls Mathematical Olympiad, les États-Unis en 2009 avec le  richement doté Math Prize for Girls, et l’Europe en 2012 avec l’European Girls’ Math Olympiad (EGMO).
 

Lutter contre les stéréotypes

Quel est le but des organisateurs de telles compétitions ? Sans nul doute encourager les filles à développer leur intérêt pour les mathématiques en les plaçant dans un environnement où peut-être elles se sentiront plus à l’aise. Par exemple, le Murray Edwards College de Cambridge, au Royaume-Uni, qui a organisé la première EGMO, avait été encouragé en lançant avec succès dès 2010 la participation de filles à la China Girls Mathematical Olympiad.
On peut cependant se poser la question du bienfondé de telles compétitions, comme l'explique Michèle Artigue, professeure émérite à l’Université Paris-Diderot et ancienne présidente de l’International Commission on Mathematical Instruction (ICMI).