Abonnez-vous

Pari sur les présidentielles : une femme à l'honneur !


Bertrand Hauchecorne

Vous êtes nombreux à avoir participé au défi d'approcher au mieux le résultat des présidentielles. La gagnante est Élisabeth Pietravalle. Loin derrière, Ipsos se révèle le meilleur institut.


Un grand bravo à nos lecteurs ! 

Un grand nombre de nos lecteurs se sont risqués à parier sur les résultats des présidentielles (voyez ici). Les sondages prédisaient un second tour entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen ; beaucoup d’entre vous les ont écoutés et se sont ainsi qualifiés pour le second tour.

Sept de nos lecteurs ont obtenu un meilleur score que l’institut Ipsos : toutes nos félicitations ! Tous les instituts avaient sous-estimé, de manière nette, le score de M. Macron au second tour, en particulier ceux qui n’ont pas effectué de sondage après le débat de l’entre-deux tours. Nos gagnants ont su prévoir cette spectaculaire hausse.

La palme revient à Élisabeth Pietravalle, avec un score de 8,39. La moyenne d’erreur commise par candidat est inférieure à un point, ce qui est remarquable. Jean-Bernard Eytard, avec 10,09, et Hervé Delay, avec 10,88, ont à peine fait moins bien.

Tangente remercie tous les participants pour leur sagacité !

 

Les cadeaux, les cadeaux !

Une pluie de cadeaux s’abat sur un grand nombre de participants, offerts par Tangente, par les éditions POLE mais aussi par nos partenaires Hewlett Packard, les Éditions Belin, Cassini, Le Pommier et Wartberg, que nous tenons à remercier.

La gagnante, Mme Pietravalle, reçoit une HP Prime et cent euros de bons d’achats aux Éditions POLE. Ses deux challengers obtiennent le magnifique ouvrage de Jérôme Brunet sur l’art fractal et quelques bons d’achat. Les deux suivants recevront le numéro Mathématiques et Politique de la Bibliothèque Tangente. De nombreux abonnements d’essai à Tangente numérique mais aussi des ouvrages de culture mathématiques ou de jeux de logique seront distribués jusqu’au candidat classé 85ème au concours.

 

Les instituts au banc d’essai : Ipsos devant l’Ifop et Elabe

Jamais lors d’une élection présidentielle le rôle des sondages n’a tant été remis en cause. Un candidat souhaitait même leur interdiction lorsqu’ils ne lui étaient pas favorables ; il a mis en veilleuse sa revendication lorsque leurs auspices se sont avérés meilleurs…

On leur a reproché, souvent à juste titre, de manquer de transparence dans leur réalisation ; en effet, leur méthode s’éloigne nettement de la théorie mathématique des échantillons pris au hasard ; par ailleurs sont appliqués des ajustements que les différents instituts gardent secrets, comme le ferait un grand cuisinier pour ses recettes.

Si ces remarques méritent réflexion, nous avons testé les neuf instituts ayant effectué des sondages pour ce scrutin avec la même règle que celle appliquée à nos lecteurs. Loin de nous de vouloir comparer les deux ! Nos lecteurs n’ont pas les moyens d’investigation des instituts. En revanche, ils se sont certainement inspirés des sondages.

Tous les instituts ont passé le premier tour en prévoyant la qualification de M. Macron et Mme Le Pen dans l’ordre (seul BVA les a mis à égalité). Notons la remarquable précision d’Elabe, dont l’erreur moyenne n’excède pas un demi-point. Au second tour, tous les instituts ont largement sous-estimé le score d’Emmanuel Macron ; la prime revient à Ipsos et l’Ifop, auteurs de sondages le dernier vendredi et qui ont placé le futur président, certes trop bas, à 63 %, mais au-dessus de leurs concurrents.

Voici les résultats, conformément au règlement du concours :

 

 

Dernier sondage paru avant chaque tour de scrutin.