Abonnez-vous

Accessoirement des maths


Élisabeth Busser

Les dernières créations tendances pour les amateurs de mode mathématique


Infernal, le cube !

Vous croyiez tout savoir sur le Rubik’s cube ? C’était sans compter la récente invention de Grégoire Pfennig, qui vient de réaliser un cube de taille… 33 × 33 × 33, soit actuellement le plus grand jamais construit, après celui du Néerlandais Oskar van Deventer, qui ne comportait « que » 17 × 17 × 17 faces carrées.

C’est à l’aide d’une imprimante 3D que les six mille cent cinquante-trois pièces qui le composent ont pu voir le jour, en pas moins de deux cent cinq heures de travail, raconte son inventeur, qui a collé lui-même six mille cinq cent trente-quatre étiquettes colorées sur les différentes faces.

Si le cube 3 × 3 × 3 n’offrait déjà pas moins de 12! × 8! ×37 × 210 (soit environ 4, 3 × 1019 ) combinaisons, le dernier-né de la famille en propose, lui, autour de 1,8 × 104 099, ce qui fait dire à son concepteur : « J’ai conçu quelque chose qui me dépasse moi-même. Je ne prendrais pas le risque de le défaire pour avoir à le résoudre ! » Pas étonnant…

 

Précieux triangles

Le triangle semble être la dernière figure à la mode chez les amateurs de belles pierres. De nombreux créateurs de bijoux adoptent en effet aujourd’hui la taille dite « trillion » pour les diamants et autres bijoux précieux : la pierre a la forme d’un triangle, à qui la découpe donne généralement trente-trois facettes, aux angles légèrement arrondis pour en adoucir la ligne. Créée dans les années 1970 à Amsterdam, cette taille est basée sur une coupe du style « brillant », qui comportait au départ cinquante-huit facettes, mais plutôt réservée aux pierres comportant quelques inclusions. La géométrie du triangle et ses multiples applications n’ont pas fini de nous étonner.

 

L’élégance des chiffres en prêt-à-porter

Pourquoi ne pas porter, cet hiver, sans ostentation ni honte, l’arithmétique en bandoulière comme sur ce pullover « graphique » ? La maison COP.COPINE, toujours audacieuse, n’hésite pas à la proposer, avec chiffres en velours noir sur fond anthracite. Il paraît qu’on peut même associer des chiffres avec des lettres. Ces modèles inspireront-ils les amateurs ou les amatrices de calculs, simples ou alambiqués ?

 

Par-delà le miroir

 Cet étrange miroir nous évoque indubitablement nos figures géométriques préférées : cercle, rectangle et triangle. Imaginé pour ENO Studio par le designer britannique Sam Baron, ne traduit-il pas la fascination exercée par ces formes géométriques simples, qui permettent aussi de revisiter la fonction même du miroir ? Et ce d’autant plus que le miroir Prego est doté de trois points d’accroche, qui offrent la possibilité de le suspendre de trois façons différentes. On vous le disait, la géométrie n’a pas fini de nous surprendre…