Abonnez-vous

La perspective… à l'envers !


Jean-Louis Brahem

La perspective permet à l'architecte de figurer un édifice dans l'espace : ses plans et façades sont en 2D, l'image du projet sera en 3D. On sait construire une perspective d'après des plans. Pourquoi ne serait-il pas possible de déduire les dimensions d'un édifice d'après sa vue perspective ?


La photo d’un bâtiment est une vue perspective. Connaissant un peu cet art, nous est-il possible de faire d’une photo le moyen de mesurer ce qu’elle représente ?
C’est possible ! Mais la démarche, qui consiste à inverser la méthode de la représentation en perspective, est quelque peu déroutante. Elle commence déjà par une belle astuce géométrique, un truc qui ne s’invente pas. Cet artifice ne court pas les manuels de perspective. Il est cependant connu des militaires, qui savent déduire la hauteur d’une muraille d’après sa photo. Il est aussi pratiqué par des architectes curieux d’images calculées, comme Hervé Dubois, professeur d’architecture et virtuose des techniques de représentation, qui le tenait lui-même d’Albert Flocon, professeur de perspective à l’École des beaux-arts de Paris. La « perspective à l’envers » revient de loin !
 


 

 

 

Cuisiner la perspective

Albert Flocon (1909–1994) commence ses études au Bauhaus (Dessau, Allemagne). Cette école d’art fut fondée par l’architecte Walter Gropius en 1919 ; elle fut à la tête d’un courant artistique international qui rapprochait l’art de l’industrie. Albert Flocon y est sensible, lui qui associe l’image aux mathématiques. Il a 24 ans en 1933 quand le Bauhaus est fermé ... Lire la suite