Abonnez-vous

Gaspard Monge, un géomètre révolutionnaire


Élisabeth Busser

Révolutionnaire, Gaspard Monge, dont on célèbre cette année le bicentenaire de la mort, l'a été à plus d'un titre : dans ses actes comme dans ses écrits mathématiques.


 

Géomètre inventif et remarqué, créateur infatigable, politicien passionné, Gaspard Monge a transformé durablement l’approche des représentations géométriques, mais aussi imaginé des structures pour diffuser cette vision, mettant en particulier son entregent politique au service de l’éducation.  

 

Génie précoce de la géométrie

 

Enfant prodige, Monge est né à Beaune (Côte-d’Or) le 10 mai 1746 dans une famille de commerçants. Le directeur du collège des Oratoriens, qu’il fréquentait, qualifiait le jeune élève de puer aureus. Cet « enfant en or », qui a par la suite fréquenté le collège de la Trinité de Lyon (Rhône), y donnait déjà un cours de physique à peine âgé de 17 ans. Le plan de la ville de Beaune qu’il dresse à cet âge – ses aptitudes à la géométrie lui permettaient de transcrire sur plan une vue en perspective – avec un de ses camarades, Eugène Fion, l’a fait remarquer par un membre de la direction de l’École royale du génie de Mézières (aujourd’hui Charleville-Mézières, Ardennes), qui lui propose un poste de « dessinateur ». Monge n’a alors que 19 ans.
 



Le plan de Beaune levé par ... Lire la suite gratuitement