Abonnez-vous

Étonnante géométrie de la nature


Élisabeth Busser

On savait déjà que si les renoncules ont cinq pétales, si les marguerites en comptent généralement trente-quatre, cinquante-cinq ou quatre-vingt-neuf, si les ananas possèdent huit spirales dans un sens et treize dans l'autre, c'est « à cause » de la suite de Fibonacci.


Toutes ces dispositions donnent lieu à de magnifiques images (voir Mathématiques et Biologie, Bibliothèque Tangente 42) : étonnante géométrie de la nature !
On sait maintenant que Dame nature, dans sa sagesse géométrique, nous réserve d’autres surprises : des chercheurs de l’université de Princeton (New Jersey, États-Unis) et de l’Académie chinoise des sciences (Pékin) ont fait l’hypothèse que l’évolution des plantes se fondait sur les propriétés adaptatives de leurs racines. Ce sont elles qui rendent la plante plus autonome et plus efficace quant à son insertion dans l’environnement. Ils nous livrent de magnifiques reproductions en coupe de ces racines ! Admirons leurs remarquables symétries…
Les radicelles des plantes tropicales ou subtropicales s’entourent d’un anneau violet de champignons (au centre, celle du Lithocarpus Chintungensis) tandis que celles des milieux plus arides (tout à fait à gauche, le tamaris) restent dépourvues de champignons et présentent un contour plus fin, tel un simple trait de crayon.

 

 

Coupes de radicelles de diverses plantes.