Abonnez-vous

Prix Abel 2018 : Robert Langlands enfin récompensé !


Édouard Thomas

Prestigieuse récompense qui consacre la carrière d'un chercheur en mathématiques, à l'instar de la médaille Fields (réservée aux moins de 40 ans), le prix Abel distingue chaque année (depuis 2003) un scientifique d'exception.


L’édition 2018, qui honore le mathématicien canadien Robert Phelan Langlands (voir Tangente 129 et Tangente 149), ne fait pas exception. Le prix lui est décerné « pour son programme visionnaire qui relie la théorie des représentations et la théorie des nombres » ; beaucoup se demandent d’ailleurs pourquoi il a fallu attendre si longtemps avant de le lui remettre.
En effet, le « programme de Langlands » est un vaste édifice conjectural dont l’unité, la beauté et la cohérence ont convaincu des centaines de mathématiciens : petit à petit, théorème après théorème, ils lèvent le voile et révèlent l’unité profonde des mathématiques, objet du programme. Mais qu’en pense le principal intéressé ? Dans sa conférence le 23 mai dernier à Oslo (Norvège), il le martèle* : « Le programme de Langlands porte mon nom. Dans sa forme actuelle, est-ce que certains de ses aspects ont mon approbation ? La réponse est non ! » En effet, depuis des décennies, Robert Langlands défend une vision plus ambitieuse encore que ce à quoi s’attaquent ses collègues. À 81 ans, il vient d’ailleurs de rendre disponible un long article (en russe !) où il expose plus en détail sa théorie. Encore du pain sur la planche des mathématiciens et beaucoup de bonheur pour les décennies à venir !


* Voir www.abelprize.no/artikkel/vis.html?tid=73149, en anglais.