Abonnez-vous

L'IA au service de la formation


Martine Brilleaud et Evan Friburg

Les acteurs de la formation sont aujourd'hui nombreux. Les possibilités d'utilisation de l'IA sont multiples, tant en contexte scolaire que professionnel.


 

En entreprise, la formation repensée

 

La personnalisation fait partie intégrante de nos vies – fils d’actualité adaptés, suggestions de vidéos, publicités ciblées… – et le monde de la formation n’y échappe pas. En pratique, il devient possible de se former avec des contenus pédagogiques adaptés à notre niveau, nos préférences, notre rythme et nos objectifs.
Le numérique collecte et stocke de plus en plus de données relatives à nos apprentissages. Traitées notamment grâce à des algorithmes de machine learning, elles permettent de mieux connaître chaque apprenant et de lui suggérer des parcours, des formations et des contenus qui lui correspondent et le rendront ainsi plus compétent. Cette technologie s’appelle l’adaptive learning.
La société Domoscio développe l’adaptative learning pour l’intégrer à un dispositif de formation. À la personnalisation des parcours s’ajoute la récolte des données pour mesurer les impacts de l’apprentissage et prévoir des dispositifs de révision. Les entreprises peuvent ainsi améliorer la gestion et l’acquisition des compétences de leurs salariés.

 

 

Dans la tête des apprenants


Dans le monde de la recherche en éducation, les technologies de l’intelligence artificielle ont ouvert de nombreuses voies. On la retrouve dans l’analyse des traces de parcours des étudiants sur des plateformes de type MOOC, qui enregistrent un nombre important de connexions. Cela permet de fournir des retours aux enseignants, aux utilisateurs de ces plateformes ou encore aux concepteurs.
Des modèles sont mis en place pour représenter les élèves et les connaissances. Ce sont principalement  des graphes qui se mettent à jour en temps réel en fonction des réponses données. L’objectif est de pouvoir diagnostiquer la cause des difficultés d’un élève. Est-ce parce qu’il ne connaît pas « la » formule, parce qu’il n’a pas reconnu son domaine d’application, ou simplement parce qu’il ne maîtrise pas les calculs sous-jacents ? Là encore, des analyses d’un grand nombre de données et des techniques d’ajustement automatique des systèmes de diagnostic permettent de fournir une expertise de plus en plus précise. Ces sujets sont développés dans le numéro 46 de Tangente Éducation.

 

 

Des assistants intelligents


L’intelligence artificielle appliquée à la pédagogie est le thème du numéro 46 du magazine Tangente Éducation, destiné aux enseignants de mathématiques mais aussi à toute personne qui s’intéresse aux problématiques liées à « l’éducation à la mathématique ». Dans ce domaine, l’impact du développement des technologies de l’IA est multiple. Sans remplacer l’enseignant, elles augmentent son champ d’action de manière considérable en lui proposant des outils d’analyse des performances de ses élèves en temps réel, et des supports pour individualiser les parcours. Les tâches répétitives, aussi bien celles des élèves qui s’entraînent que celles des enseignants qui corrigent, sont maîtrisées, au profit de tâches cognitives plus avancées. Pour les élèves, il s’agit d’adapter le niveau des exercices et leur fréquence aux besoins réels. Pour le professeur, un gain de temps sur les corrections et des aides à l’analyse des réponses, aussi bien individuelles que collectives, lui permet d’orienter son enseignement en ciblant les difficultés de son auditoire, augmentant ainsi la pertinence de son cours. On se dirige donc vers des « assistants intelligents » dont la prochaine génération sera capable d’expliquer ses choix.