Abonnez-vous

Astor Piazzolla et le tango nuevo :


différentes façons de compter jusqu'à 4

Daniel Justens

La liberté que l'émergence de la musique contemporaine revendique a conduit Astor Piazzolla à s'écarter des codes aliénants du tango classique pour s'en délivrer harmoniquement et rythmiquement et en offrir une forme nouvelle. Cette évolution de la structure musicale peut être analysée.


Fils d’immigrés italiens, Astor Piazzolla (1921–1992) a vu le jour en Argentine, dans un petit port de pêche situé à 400 km au sud de la capitale, Buenos Aires. Rien ne semblait le destiner à devenir l’un des compositeurs les plus importants du XXe siècle, l’inventeur d’un genre musical inédit : le tango nuevo !

 

Nadia Boulanger, géniale pédagogue

Très tôt, le jeune Astor s’initie au tango, sans toutefois que cela suscite en lui le moindre enthousiasme. Il pratique le bandonéon (un instrument voisin du concertina et de l’accordéon) dans plusieurs orchestres de bal. Mais ni la musique qu’il écrit ni celle qu’il interprète ne le comblent. En 1954, il obtient enfin la bourse qui lui permet d’étudier l’art du quatuor à cordes au conservatoire de Fontainebleau (Seine-et-Marne) avec la géniale pédagogue et pianiste Nadia Boulanger (1887–1979). Piazzolla est un amoureux et un admirateur inconditionnel de Jean-Sébastien Bach, d’Igor Stravinsky, de Béla Bartók. Ce qu’il compose alors ne le satisfait toujours pas. Nadia Boulanger lui reproche d’ailleurs son manque de personnalité…

Elle a l’idée lumineuse de lui demander quel était le type de musique qu’il pratiquait ... Lire la suite


références

 Mathématiques et musique. Bibliothèque Tangente 11, 2010.
 Dossier « Musique ». Tangente SUP 49, 2009.