Total et les mathématiques : le calcul à haute performance


Alexandre Lapene et Philippe Cordier

Le HPC, ou calcul à haute performance, consiste à utiliser de multiples unités de calcul, par exemple les CPU (microprocesseurs de calcul) et GPU (microprocesseurs graphiques, utilisés pour le calcul), pour réaliser des calculs très intensifs. Le groupe Total en a toujours été un pionnier.

Depuis le milieu des années 1980, Total a multiplié par 10 000 sa puissance de calcul avec le lancement de Pangea III en juin 2019, avec 25 pétaflops, soit 25 millions de milliards d’opérations par seconde (l’équivalent de cent trente mille ordinateurs portables), avec une capacité de stockage de 50 pétaoctets. Il est classé no 11 parmi les supercalculateurs les plus puissants au monde, public ou privé (TOP 500 de juin 2019) et no 7 parmi les plus efficaces énergétiquement (GREEN 500 de juin 2019). Cette puissance est obtenue en associant cinq cent cinquante-huit nœuds de calcul dotés chacun de deux CPU IBM Power9 de dix-huit cœurs (à 3,45 GHz) associés à six GPU NVIDIA Volta GV100.

 

Pangea III, le nouveau supercalculateur de Total.

 

Deux types de modélisation

Pour Total, historiquement, les calculs d’intérêt qui requièrent une puissance de calcul importante tournent autour de la modélisation des phénomènes physiques complexes. On peut citer par exemple l’imagerie de profondeur et la simulation réservoir, qui représentent 95 % de l’utilisation de Pangea III.

En imagerie de profondeur, on utilise les informations transmises par les ondes mécaniques pour cartographier en trois dimensions le sous-sol. Ces ondes, artificiellement produites, se propagent dans le sous-sol et ... Lire la suite