Mary Everest Boole, une pédagogue surprenante


Anne Boyé et Élisabeth Busser

Mary Everest a beaucoup œuvré pour la pédagogie des mathématiques. On lui doit notamment les tableaux de fils qu'elle utilisait pour matérialiser les courbes.

De nombreux ouvrages rédigés

Mary Everest (1832 −1916) rencontre George Boole en 1850. Il était devenu en quelque sorte son tuteur en mathématiques, elle qui n’avait pas eu le droit de les étudier, puisque l’université était fermée aux filles. Ils se marient en 1855. À la mort de George, en 1864, elle a la charge de ses cinq filles et doit exercer divers petits métiers. Elle est amenée à enseigner les mathématiques, notamment au Queen’s College, créé pour former en particulier les futures « nurses ».

 

 

Mary adore enseigner et invente des méthodes très novatrices, trop probablement pour son époque. Dès 1889, elle commence à écrire de nombreux ouvrages de pédagogie des mathématiques, où se mêlent aussi la religion, la philosophie, un peu d’ésotérisme, ce qui n’en rend pas la lecture très facile. Les titres en sont très évocateurs : Logic taught by love en 1889, The cultivation of the mathematical inspiration en 1902, Lectures on the logic of arithmetic en 1903, The preparation of the child for science en 1904, Philosophy and fun of algebra en 1909, Some master keys of the science of notation en 1911. La liste est en fait fort longue !

Lors de l’écriture de l’œuvre majeure de son mari, ... Lire la suite