Quel peut être l'apport des modèles épidémiologiques dans le cas d'une pandémie comme celle du Covid-19 ? En quantifiant et expliquant leurs conséquences directes sur la propagation, les modèles peuvent-ils justifier les mesures, difficiles pour les populations, qui ont été prises ?

La puissance du raisonnement mathématique se révèle parfois d’un réconfort solide, même dans les domaines les plus inattendus. Face aux ravages du Covid-19, en des temps difficiles et incertains, une représentation rationnelle, fondée sur des hypothèses réalistes, apporte des réponses argumentées à certaines des questions que chacun se pose. Même si personne ne peut appréhender toutes les conséquences sociétales et économiques de la pandémie qui sévit en ce moment, le recours à la modélisation du phénomène s’avère d’un apport considérable, en expliquant ou en justifiant certaines mesures prises, comme le confinement ou la mise en quarantaine. Certes, le recours à la modélisation, et donc à une forme de simplification, se fait toujours par le biais d’une série d’hypothèses simplificatrices dont la validité n’est pas nécessairement acquise. Il convient d’en tenir compte au moment des conclusions et lors de la phase de décision. C’est encore plus vrai pour un phénomène épidémiologique comme le Covid-19, pour lequel des données fiables ou exhaustives sont encore aujourd’hui pratiquement indisponibles.

 

 

Le modèle SIR

Plusieurs modèles épidémiologiques ont été développés à ce jour. Les plus élémentaires sont les modèlescompartimentaux, qui apportent déjà un éclairage particulièrement intéressant sur certains aspects du phénomène pandémique que nous vivons ... Lire la suite


références

 « Les mathématiques de l'épidémie de Coronavirus ». Conférence de Tom Britton, 36mn, 2020, disponible en ligne.
 Mathématiques et biologie. Bibliothèque Tangente 42, 2011.