Abonnez-vous

Une petite histoire des dés

Gianni Sarcone

Historiquement parlant, on retrouve le concept du dé à jouer sur tous les continents : auprès des cultures précolombiennes, en Asie, en Afrique, dans les îles du Pacifique… Dans l’Antiquité, les dés à jouer étaient généralement fabriqués en ivoire, en os, en bois ou encore en pierre. Ce sont les Mésopotamiens qui ont perfectionné l’apparence des dés en rendant plus cubiques les astragales, leurs ancêtres, et en marquant les faces avec des points. Toutefois, nos dés actuels sont un héritage des anciens Étrusques et avaient la caractéristique suivante :

 

a) Le nombre de points sur chaque face et son opposé donne comme somme 7 (1–6, 2–5, et 3–4) ;

 

b) Un autre arrangement qui se rencontre souvent sur les dés étrusques gravés en chiffres est celui d’une disposition « ascendante » (1–2, 3–4, et 5–6).

 

Nos dés actuels ont gardé la première caractéristique.