Abonnez-vous

Géométrie mouvante ou autocinétique

Gianni Sarcone




Une source foisonnante d'illusions d'optique originales se trouve dans l'Op Art, qui a culminé durant la seconde moitié du XXe siècle.

Une légende raconte que Michel-Ange, conscient du réalisme et de la forte expression de son œuvre, la fameuse sculpture représentant Moïse, la frappa un jour d’un marteau en hurlant : « Pourquoi ne parles-tu pas? »

Est-il donc possible de créer l’illusion du mouvement avec des images géométriques, qui plus est statiques ? Au cours des années 1960, le mouvement Op Art (pour « art optique ») commençait à expérimenter des images qui stimulent le cerveau de telle manière qu’elles semblent bouger. Ces travaux intéressèrent le monde scientifique pour étudier sous une autre approche et mieux comprendre le système visuel de l’homme. Certaines images mettant en jeu des contrastes visuels forts, de type clair/foncé ou vertical/horizontal, peuvent créer un dérangement du flux optique qui active les zones du cerveau dédiées au mouvement, en induisant une fausse sensation cinétique. La preuve avec quelques créations originales.

 

Vibrations et images flottantes

 

 

Un fluide semble traverser et faire vibrer les lignes sinueuses de couleur en alternance, produisant un effet « chenillard ». Cela est dû au phénomène des images résiduelles et aux micro-saccades.

 

 

 

Considérez maintenant le document suivant. Concentrez-vous sur le cœur central en remuant légèrement la page. Ce dernier semblera ainsi se séparer du reste de l’image en se soulevant comme par lévitation au-dessus du fond.

 

Que se passe-t-il ? Le cerveau déduit le sens du mouvement ou de la profondeur en se fiant à certains repères. Ici, le fond et le cœur ont deux textures différentes (contrastes graphiques). Ces informations contradictoires perturbent le cerveau, qui règle le conflit en détachant virtuellement le cœur du fond de l’image, créant de ce fait un flottement ou glissement illusoire.

 

 

Certaines formes régulières disposées en cercles semblent pivoter lorsque l’on approche ou l’on éloigne le regard de l’image générale, tout en fixant un point central. Avancez ou éloignez votre tête de l’image ci-dessous en fixant la croix centrale, et vous verrez tourner les cercles, chacun dans une direction différente. Lorsque vous bougez la tête, certains cercles passent de la vision périphérique, qui est très sensible au mouvement, à la vision centrale, qui l’est moins, créant une sensation de rotation. L’effet est accentué par les contrastes de couleur et d’orientation angulaire des éléments qui forment les cercles.

 

 

Les exemples présentés ici fonctionnent mieux sur papier. D’autres sont plus spectaculaires sur un écran. Vous en trouverez toute une galerie en ligne. Attention les yeux !