Abonnez-vous


Le créationnisme n'est pas une science

Édouard Thomas


La science et dieu – entre croire et savoir

Véronique Le Ru
Vuibert
2010

 Le titre de l’ouvrage, s’il peut permettre de deviner que l’auteure est engagée dans un combat juste et citoyen pour la laïcité et la liberté de penser, ne permet pas de saisir précisément le message de Véronique Le Ru : le créationnisme (ou « Intelligent design ») ne peut se prévaloir du moindre fondement scientifique. C’est à travers le principe d’objectivité énoncé au XVIIe siècle par Galilée et Descartes, selon lequel la science ne doit pas être une servante de la théologie, que la philosophe déroule sa démonstration. Les réflexions de Kepler, Pascal, Newton, Leibniz, Kant ou encore Poincaré, brillamment résumées, constituent autant d’éléments de compréhension de son argumentation. Si la métaphysique ne saurait être exclue de la démarche scientifique (voir Bibliothèque Tangente 38, pages 146 à 148), il est important que le scientifique fasse bien la distinction entre croire et savoir. Un ouvrage exigeant et nécessaire dans un contexte de montée en puissance des thèses créationnistes aux États-Unis. En France, il suffit de rappeler les propos du chef de l’État (« L’instituteur ne pourra jamais remplacer le curé ou le pasteur », Latran, 2007) ou certaines décisions (homologation des diplômes du Vatican en France, en 2009) pour se convaincre de la réalité des attaques dont la laïcité est l’objet.

 



Les dernères notes de lecture