Abonnez-vous


Suspense scientifique

Élisabeth Busser



L'étonnant modèle de Goebius

Jacques Bergur
Auto-édition
2015

L’auteur annonçait « un roman à suspense sur les relations entre les mathématiques et le monde physique ». Le roman, nous le tenons : 270 pages en 72 chapitres.
Le suspense est bien là aussi, les chapitres faisant vivre deux mondes apparemment parallèles en alternant entre deux unités de lieu : un endroit mystérieux peuplé d’êtres aux noms étranges (comme Jessi-K, Kar-N, Lui-J, Mich-L ou Tier-I), qui mènent une action lente dont le but reste flou, et les locaux d’une entreprise où les personnages sont bien réels mais le secret de leur projet bien gardé. Quant aux relations entre les mathématiques et la physique, elles figurent en filigrane à travers des allusions où interviennent des problèmes de logique classique, beaucoup de problèmes de codage, mais finalement assez peu de problèmes de physique.
Tous les ingrédients sont donc là, mais la mayonnaise va-t-elle prendre ? L’esthétique agréable de la couverture fait un peu oublier le style qui manque parfois de légèreté, la mise en page rudimentaire et les fautes d’orthographe oubliées. Cependant, au-delà des allusions bien venues au raisonnement mathématique et logique, l’intrigue peine à convaincre.



Les dernères notes de lecture