Abonnez-vous


Encourager les jeunes à se poser des questions scientifiques

J.-P. Boudine


La science expliquée à mes petits-enfants

Jean-Marc Lévy-Leblond
Seuil
2014

 

Aborder en moins de cent pages quelques-unes des questions que peut poser un jeune à propos de la science, c’est le défi auquel se confronte avec talent l’auteur, physicien et philosophe. Il s’agit ici d’un dialogue imaginaire : la transmission est détendue, discursive, conduite comme par le hasard des questions et des réactions.

Selon l’élève, les mathématiques sont difficiles, l’apprentissage des sciences de la vie est plus plaisant que celui des sciences dures. Mais justement, n’y a-t-il pas du plaisir à vaincre la difficulté ? Les questions de l’élève fusent : qu’est-ce que la méthode scientifique, est-ce le moyen de ne pas se tromper ? Là, le physicien appelle à l’aide le poète : « Ô, erreurs sacrées, mères lentes, aveugles et saintes de la Vérité » (Victor Hugo). Pourquoi les Grecs faisaient-ils des mathématiques alors que cela ne leur servait à rien ? Que cachent les mots barbares utilisés par les scientifiques (comme « acide désoxyribonucléique ») ? Les scientifiques sont-ils objectifs ? La science peut-elle réfuter la religion ? Quels rapports entretiennent la science, la technique et l’argent ?

Avec des mots simples, et sans jamais cacher le moins du monde la complexité des questions, l’auteur promène le jeune lecteur dans un champ très vaste. Ce dernier ne décidera pas nécessairement après cette lecture de faire des études de sciences plutôt que d’autres, mais il sera encouragé à ne pas laisser les autres champs (littéraire, technique et artistique s’il fait des sciences, scientifique s’il fait des humanités) complètement de côté.



Les dernères notes de lecture