Abonnez-vous


Doubles jeux

Gilles Cohen


Double jeux : Fantaisies sur des mots mathématiques par 40 auteurs

Stella BARUK
Seuil
2000

Acheter ce livre



Les mathématiques ont emprunté des mots à la langue. Puis elles les lui ont rendus, mais les mots n’étaient plus tout à fait les mêmes. Les mathématiques se les étaient appropriés. Était-ce malhonnêteté ? Stella Baruk a voulu que la langue prenne sa revanche. Elle a donc proposé à des écrivains de laisser aller leur imagination pour donner une définition, à la façon d’un dictionnaire, à certains de ces mots, qui permette à la langue de se les réapproprier.

Tous ceux qui aiment le jeu seront séduits par l’exercice de style. D’autant qu’à vouloir jouer avec les mots, on laisse parfois les mots se jouer de soi. Que j’ai appris de choses sur les écrivains, pas spécialement férus de mathé- matiques, qui se sont courageusement prêtés au jeu ! En bien et en mal... Car un bretteur en mots reste souvent à découvert...

Dans le style facétieux, l’Oulipien Paul Fournel redécouvre l’origine du mot « aléatoire », à propos d’une promenade en calèche imprévisible vers le village de Thouars (aller à Thouars), ou assimile avec drôlerie le mot « bicarré » à l’un de ses faux amis en citant Marcel Bénabou (« On vit alors sortir de Rome une foule bicarrée latine... »). La facétie de Viviane Forrester sur le mot « zéro » (rien après le titre) est un peu facile, et serait plus convaincante sur la définition du mot « vide ».

Dans le style poétique, on est séduit par Marie Desplechin, scandalisée par la vie dissolue de l’abscisse, cruelle maîtresse de l’ordonnée, qui n’a de cesse de rencontrer une nouvelle ordonnée, plus jeune, plus belle, après avoir enfanté un point avec la première. La même Marie Desplechin, qui s’est visiblement prise au jeu, remarque que Machin, élève borné, se voit souvent reprocher de dépasser les bornes...

Bien sûr, tout le monde n’a pas son talent, et certains écrivains ne ressortent pas grandis de l’expérience, mais c’est une occasion pour le lecteur de se demander ce qu’il aurait fait à leur place ! On se prend aussi à inventer des entrées qui ne figurent pas, et même à apprendre : j’ai découvert ce qu’est le degré d’ambiguïté d’un théorème, j’ai adoré l’histoire de Jean Giono et de la cardioïde... Bref, j’ai passé de bons moments, que je me suis distillés par petites lampées, en ouvrant le livre à une page... aléatoire !

 



Les dernères notes de lecture