Les Éléments d'Euclide, entre art et science

Fabien Aoustin



Le Courant D'art

Frédéric Bézian
SOLEIL
2015
54 pages
8.8 €

Les Éléments d’Euclide sont une œuvre scientifique majeure de l’histoire de l’humanité. Son impact sur les mathématiques se fait encore sentir plus de vingt-trois siècles après sa rédaction. On ne compte plus le nombre d’éditions proposées (on dit que ce serait l’ouvrage qui en compte le plus après la Bible). L’une d’entre elles cependant se démarque particulièrement : celle proposée par le mathématicien Oliver Byrne en 1847 (voir Tangente 135, 2010). L’auteur y emploie des symboles et des diagrammes colorés, jaunes, bleus, rouges, en lieu et place des lettres. Des couleurs primaires et une géométrisation qui n’est pas sans rappeler l’art de Piet Mondrian et la revue De Stijl, ou le Bauhaus de Walter Gropius.

Dans sa bande dessinée le Courant d’art, Frédéric Bézian met en page l’influence mutuelle entre Byrne et Mondrian à travers les siècles. Chaque double page est une réussite graphique, l’ensemble étant baigné dans les travaux des deux hommes. Plus qu’une simple bande dessinée, le Courant d’art est aussi un livre-objet, un livre accordéon qui se lit dans un sens et dans l’autre (chaque page est reliée à la suivante par une tranche latérale), un jeu de miroir fascinant imprégné de jaune, de bleu, de rouge, de noir et de blanc. Cette prouesse artistique magnétique, offrant dans un même souffle plusieurs degrés de mise en abîme, contribue avec panache et habileté à mettre en exergue cet aspect peu connu du dialogue entre mathématiques et arts graphiques.



Les dernères notes de lecture