Abonnez-vous

Folle soirée au Lieu géométrique

Kylie Ravera




L'Institut intergalactique est le temple de l'excellence, où exerce le redouté professeur Phi. Même dans une soirée étudiante, un peu de logique ne peut pas faire de mal...

Une fois n’est pas coutume, l’Institut intergalactique a organisé pour ses élèves une sortie dans le temple de la fête branchée : le Lieu géométrique. Le statut légendaire de cette boîte de nuit n’est dû ni au célèbre DJ Stiff, qui officie aux platines, ni à son ambiance saturée de décibels, pas même à sa colossale piste de danse où la sueur coule à flot. Non, le Lieu géométrique est unique en raison de sa décoration, placée intégralement sous le signe des quadriques : ellipsoïdes, hyperboloïdes et paraboloïdes se retrouvent où que se pose le regard, dans la forme des fauteuils jusqu’à celle du bar. Et cette débauche d’objets mathématiques a de quoi émouvoir Alpha, Bêta et Epsilon, nos amis préparationnaires qui en découvrent les contours pour la première fois.

« Hiiiiii ! Mais c’est Alpha ! »

Deux bises sonores sont plaquées sur les joues du garçon, qui est aussitôt entraîné sous les jets lumineux de la piste de danse par une jeune fille aux grands yeux noirs, aux cheveux roses et aux talons hauts.

« C’est Ipsilon, la fille du propriétaire, explique Bêta à une Epsilon éberluée. Elle et Alpha sont de vieilles connaissances. T’en fais, une drôle de tête… Je t’offre un verre ? »

Mais à cet instant, le charme du Lieu géométrique se brise net pour tout le monde : le son se coupe brutalement et une lumière crue envahit la salle, éblouissant les participants dont les rires se muent aussitôt en grognements.

« Oh non, gémit Ipsilon, c’est une catastrophe ! Le circuit électrique principal a sauté, et l’électricien n’a pas fini de mettre en place le circuit de secours… »

Alpha ne peut rester insensible à la détresse de son amie. Il retrousse ses manches et propose : « On va t’aider ! Il marche comment, ce circuit de secours ?

 

 

– Il y a six câbles de secours, explique la jeune fille en essuyant ses yeux, qui partent de la salle principale et vont jusqu’à la cave. Pour remettre le système en route, il faut brancher ces câbles dans la cave sur des bornes spécifiques. Le problème… c’est que l’électricien n’a numéroté les câbles qu’à une extrémité, du côté de la salle ! Comment savoir à quel câble correspond chaque embout qui ressort dans la cave, et donc à quel endroit le brancher ? Si on se trompe, on risque de griller définitivement le dispositif… »

Alpha sent bien que ses manches retroussées risquent de ne pas servir à grand-chose. Il se tourne vers Epsilon : « Tu as une idée ? »

L’étudiante hésite, puis finit par soupirer. Elle demande à Ipsilon : « Est-ce que tu aurais des dominos, une ampoule et une batterie ?

– Je dois pouvoir trouver ça.

– Que vas-tu en faire ? demande Alpha avec curiosité.  

– Si je relie les connecteurs 1 et 2 de la salle au moyen d’un domino, explique Epsilon, et que je me rends ensuite à la cave, je peux regarder ce qui se passe en branchant la batterie en a) et l’ampoule en b). Si l’ampoule s’allume, cela signifiera que les points 1, 2, a) et b) appartiennent au même circuit. Donc, soit 1 est relié à a) et 2 à b), soit le contraire. En faisant plusieurs tests de ce type, on devrait pouvoir s’en sortir. »

Elle réfléchit un instant et ajoute avec un sourire :

« Je peux même établir les bonnes correspondances en ne visitant la cave qu’une seule fois. »

 

Et vous, cher lecteur, sauriez-vous en faire autant ?

 

 

SOLUTION