Abonnez-vous

Le robot-paveur R2D2

Kylie Ravera




L'Institut intergalactique est le temple de l'excellence où exerce le redoutable professeur Phi. Mais il est perturbé aujourd'hui par une panne de scie numérique.

"Il est temps que ça s’arrête, soupire Bêta en clignant exagérément des paupières à la lumière des deux soleils de Prépaterra. Je vais y laisser mes yeux, sinon !

– Tu ne crois pas que tu exagères un peu ? lui glisse sa camarade Epsilon, qui vient de quitter en sa compagnie la salle de cours de mathémagie.

– Je n’exagère rien du tout, réplique Bêta. Des cours de mathémagie dans des salles aveugles éclairées par des néons tremblotants qui n’étaient même pas aux normes à l’époque de la Vieille Terre, c’est juste déprimant ! Nous ne sommes pas des taupes, tout de même !

– C’est seulement pour la durée des travaux, tempère Epsilon. On sera contents de retrouver des salles de cours toutes neuves quand ils seront terminés.

– J’aimerais bien savoir pourquoi ça prend autant de temps, maugrée le jeune homme.

– On n’a qu’à aller vérifier ! »

Les deux amis se dirigent vers leur ancienne salle de classe. Devant celle-ci se tient un robot-paveur (modèle R2D2), étrangement immobile à côté de plusieurs piles de plaques rectangulaires. Bêta lui assène un léger coup sur la tête.

« Alors quoi ? C’est l’heure de la pause ? »

Le petit robot manifeste toute la détresse qu’un ensemble de circuits électroniques est capable d’exprimer, en émettant un bip plaintif.

« Il y a effectivement un truc qui cloche, fait Epsilon en fronçant les sourcils. On dirait que sa fonction de découpage ne marche plus. »

R2D2 opine vigoureusement en exhibant sa scie démantibulée.

 

La jeune fille presse quelques touches au niveau de l’abdomen du robot pour consulter son programme. « Notre ami est supposé paver cette pièce de 8 m par 8 m en utilisant trente-deux planches de 2m par 1m. »

Bêta effectue un rapide calcul : « Je ne vois pas où est le problème, dans ce cas. La pièce doit pouvoir être recouverte par les planches sans qu’il ne soit nécessaire de les découper.

– Pas tout à fait. Regarde sur le plan, au fond de la pièce : il y a deux surfaces de 1m2 qui doivent rester découvertes, pour laisser la place à deux armoires posées directement sur le béton. »

 

 

« Et tu es sûre qu’aucun recouvrement avec trente et une planches ne peut fonctionner dans ce cas ? demande Bêta en se grattant la tête.

– Absolument, répond Epsilon avec un sourire. Et je sais même quelle légère modification du plan, basée sur le décalage de l’un des meubles, serait capable de rendre sa joie de vivre à notre ami à circuits, en lui permettant de remplir sa mission malgré son handicap. »

Devant le regard suspicieux de Bêta, Epsilon effleure à nouveau les touches situées sur l’abdomen de R2D2, qui en roucoule de plaisir.

« Voilà, fait-elle quand elle a terminé. Avec ce dessin, tu devrais comprendre à la fois pourquoi le recouvrement demandé actuellement ne peut pas marcher sans scier de planche, et ce qu’il conviendrait de faire concernant la position des armoires pour que le robot puisse s’en sortir. »

 

 

 

Et vous, cher lecteur, ce schéma vous suffit-il pour répondre à ces deux questions ?

SOLUTION