Abonnez-vous

Comment examiner des données sociales sans céder à des idées préconçues ou des stéréotypes ? L'analyse factorielle des correspondances, qui cède aujourd'hui du terrain face à d'autres techniques, est une méthode qui permet de remplacer le sens commun et les a priori par des facteurs neutres, objectifs.


C’est un paradoxe : l’analyse factorielle des correspondances a été créée par Jean-Paul Benzécri, un mathématicien qui voulait lutter pour des raisons philosophiques contre la pratique des sciences humaines, qu’il jugeait dans les années 1970 pervertie par des options politiques de gauche. Or, le propagateur le plus efficace de cette méthode a été Pierre Bourdieu, qui politiquement se trouvait aux antipodes du mathématicien. Benzécri en effet a construit sa méthode afin de pouvoir examiner des données sans a priori, en substituant au sens commun (et aux orientations politiques des chercheurs) des facteurs définis statistiquement et qui s’imposent par leur neutralité et leur force d’exposition.

Une telle méthode avait de quoi séduire les institutions de recherche qui, comme l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee), avaient vocation à produire des analyses des données officielles qui soient neutres du point de vue politique. Un certain nombre d’élèves de Benzécri importeront sa méthode à l’Insee et en deviendront les propagateurs. L’un d’eux, Alain Darbel, qui avait connu Pierre Bourdieu en Algérie, travailla avec lui pour une enquête sur l’art et les musées et lui fit découvrir l’intérêt de la méthode. Dans ses livres ... Lire la suite


références

- Principe de l'analyse factorielle (2006). Texte disponible en ligne sur le site personnel de l'auteur.
- Analyse géométrique des données multidimensionnelles. Brigitte Le Roux, Dunod, 2014.
- Theory and Applications of Correspondence Analysis. Michael Greenacre, Academic Press, 1984.