Abonnez-vous

Mathématiques et sociologie

La sociologie est un domaine relativement récent, et pourtant ses liens avec les mathématiques sont déjà bien affirmés. Ainsi, la statistique, l'analyse des données, la théorie de la décision sont des outils très employés.
Mais à l'ère des réseaux sociaux, modéliser les interactions entre individus devient indispensable. Pour ce faire, le besoin en mathématiques de pointe a explosé : la théorie des graphes, l'algèbre linéaire et l'analyse en composantes principales s'invitent dans le champ des sciences humaines et sociales.

LES ARTICLES

Les réseaux sociauxAu-delà du numérique

Alain Degenne et Michel Grossetti
Bien avant que l'expression « réseau social » devienne populaire pour designer les supports de sociabilité en ligne, les chercheurs ont étudié les réseaux de relations interpersonnelles et ont défini des notions qui permettent d'en décrire les principales propriétés.


Nous sommes tous constamment amenés à effectuer des choix en fonction de nos préférences. La modélisation de ces dernières constitue une étape décisive en aide à la décision ; elle intéresse de ce fait les sciences humaines, en particulier la sociologie.


Professeur émérite à l'université Marc-Bloch de Strasbourg, Christian de Montlibert est un fervent partisan de l'utilisation de méthodes statistiques en sociologie. Il insiste sur l'importance pour la sociologie de s'adosser à des méthodes mathématiques.


Comment examiner des données sociales sans céder à des idées préconçues ou des stéréotypes ? L'analyse factorielle des correspondances, qui cède aujourd'hui du terrain face à d'autres techniques, est une méthode qui permet de remplacer le sens commun et les a priori par des facteurs neutres, objectifs.