Abonnez-vous

Le manifeste de l'art vectoriel


Maxime de Ruelle

Le collectif Scowcza réalise des oeuvres d'art vectoriel. Vous en avez déjà croisé plusieurs dans les articles de ce numéro


 

 

En publiant le manifeste d'un mouvement artistique inspiré d'une démarche mathématique, notre magazine a contribué à faire connaître l'art vectoriel (voir Tangente 144, pages 18 à 20, 2012). Ce courant, avant-gardiste bien que traditionnel, notamment représenté par le collectif Scowcza, replace le trait au centre de la composition. De caractère résolument linéaire, il mêle les assemblages de traits aux signes de la peinture, gestuels et surfaciques, pour véhiculer (au sens vectoriel du terme) le sens d'œuvres appelées peintures vectorielles.

L'objectif premier de l'art vectoriel est tout simplement… de dessiner des vecteurs ! Il trouve son origine dans le « dessin par ordinateur sur table traçante », apparu dans les années 1960, dont les applications artistiques relevaient alors le plus souvent de l'abstraction géométrique ou de la figuration conceptuelle. Dans l'art vectoriel, la surface et le volume n'existent que comme prolongement de la ligne.

Dominique Owczarski et Pierre Schmitt, qui composent Scowcza, réalisent depuis 2012 une sculpture d'art vectoriel qui vient récompenser le lauréat du Prix Bernard-Novelli, concours de projets informatiques autour du jeu organisé chaque année par Tangente.