Abonnez-vous

Le thé au rhum du restau chinois

Kylie Ravera




L'Institut intergalactique est le temple de l'excellence où exerce le redouté professeur Phi. Lequel a justement passé commande d'un certain nombre de boîtes de thé pour son séminaire.

« Alors, les amis, qu’est-ce que je vous sers ? »

Vêtu d’un tangzhuang en soie brodé, Bêta accueille Alpha et Epsilon, ses camarades de l’Institut intergalactique, au Palais impérial des délices de Pékin. Grâce à une connaissance bien placée, il y a obtenu un job de serveur lui permettant d’engranger quelques brouzoufs pendant ses soirées.

« Je vous conseille les nougats au sésame, ils sont délicieux.

– Parfait, acquiesce Alpha, qui ne se lasse pas d’admirer les estampes chinoises dont les murs du restaurant sont décorés. Tu sais si ce sont des vrais ?

– Absolument, approuve Bêta avec vigueur. C’est même écrit dessus : “Made in China.” »

Epsilon, qui consultait la carte des boissons, se tourne vers lui avec un froncement de sourcils. « Dis donc, Bêta, je sais que les Chinois à l’époque de la Vieille Terre étaient de grands amateurs de thé de toutes sortes, mais crois-tu vraiment que le thé au rhum était l’une de leurs spécialités ? »

Le garçon hausse les épaules. « Je n’en sais rien. Mon patron, M. Shuxue, a l’air de le considérer, en tout cas. Peut-être parce que c’est un hit en termes de vente. Nous avons même créé un conditionnement spécial, des boîtes contenant un sachet de thé et une dose de rhum – modérée pile comme il faut. Elles s’arrachent comme des petits pains ! » Il ajoute avec un clin d’œil : « J’ai même une commande à préparer pour le Professeur Phi, qui veut offrir un paquet de thé à chaque participant au colloque qu’il présidera demain… »

 

Un silence pesant

La porte du restaurant s’ouvre sur ces entrefaites et le professeur Phi effectue son entrée avec un sens troublant de l’à-propos. Il toise Alpha et Epsilon d’un air sévère avant de reporter son attention sur Bêta. « Je ne suis pas persuadé, lui assène-t-il, que vos résultats scolaires soient compatibles avec l’exercice d’une activité vous éloignant durablement de vos révisions, mais je vous saurais tout de même gré d’aller me chercher la commande que j’ai passée auprès de l’établissement qui a eu l’idée saugrenue de vous employer.

– Tout… tout de suite, professeur » balbutie Bêta avant de s’éclipser dans l’arrière-boutique.

Ne le voyant toujours pas revenir au bout de deux minutes, et pour échapper au silence pesant qui s’est installé dans la salle, Epsilon part retrouver son ami. « C’est horrible, gémit-il en l’accueillant. Je n’arrive pas à joindre mon patron et impossible de déchiffrer cette commande. » Il tend à Epsilon un papier où l’on distingue, dans la section quantité, un « 1 » suivi de deux chiffres qui ont été quasiment effacés.

« Si je retourne lui demander, je vais encore passer pour un idiot… C’est vraiment bête, parce que j’ai vu mon patron essayer de ranger les paquets de thé dans des boîtes hier soir. Il les a d’abord mis dans des boîtes de 4, et je me souviens qu’il restait trois paquets une fois que toutes les boîtes étaient pleines. Puis il a estimé que des boîtes de 9 seraient plus adaptées, et alors la dernière boîte incomplète contenait cinq paquets. Finalement, il a tout ressorti parce que les boîtes n’avaient pas la bonne couleur… Ah, si j’avais pu compter leur nombre à ce moment-là ! »

Epsilon réfléchit un instant. « La salle où se déroulera le séminaire de demain peut accueillir au maximum cent cinquante personnes. Avec cette information, on devrait pouvoir retrouver le nombre de paquets de thé commandés par le professeur Phi pour ses collègues… »

Et vous, cher lecteur, sauriez-vous en faire autant ?

 

SOLUTION