Abonnez-vous

La littérature mathématique à l'honneur


Martine Brilleaud et Gilles Cohen

Comme c'est devenu une tradition, les lecteurs de Tangente sont invités à voter, de juillet jusqu'à fin septembre, pour désigner les nominés du Prix Tangente du livre, parmi lesquels le jury désignera le lauréat 2016. Le premier Prix Tangente des lycéens sera proclamé en même temps.


 Pour la huitième fois, le Prix Tangente du livre sera décerné en 2016 « à un ouvrage donnant envie d’en savoir plus sur les mathématiques ». C’est le critère sur lequel s’appuiera le jury pour désigner le vainqueur. Mais dans un premier temps, nos lecteurs sont invités à voter, selon une procédure maintenant bien en place. La première étape consiste à consulter les notes de lecture des ouvrages présélectionnés, qui sont parues dans Tangente durant l’année écoulée.

 

Le vote est ouvert

 
Comme c’est maintenant une tradition, un grand nombre de ces notes de lectures sont présentes dans le numéro d’été que vous tenez entre les mains. Les autres sont parues durant la dernière année, mais, pour ceux qui auraient manqué un numéro, elles sont toutes disponibles en ligne, en naviguant sur notre site ou sur le site des Trophées Tangente, ainsi que régulièrement sur notre page Facebook et notre Twitter.

 

 
Tous les livres ayant fait l’objet de notes durant les douze derniers mois ne sont pas éligibles au Prix Tangente. D’abord, pour des raisons de dates : le règlement précise que la date de parution doit être postérieure au 1er janvier 2015, et que le livre ne doit pas avoir été soumis au précédent Prix Tangente. Ensuite parce que seuls les ouvrages culturels s’adressant au grand public sont soumis au vote : ainsi, les livres trop scolaires, les livres techniques ou ceux s’adressant à un public ciblé (les enfants, par exemple) n’ont pas été retenus. La liste complète des douze ouvrages présélectionnés se trouve en page ci-contre.
 
 
Une fois les notes de lecture consultées, les lecteurs auront peut-être envie de lire certains des livres qui en ont fait l’objet. L’été, avec le temps qu’il offre, est une bonne occasion de le faire. N’hésitez donc pas à vous procurer ceux qui vous tentent, même, d’ailleurs, s’ils ne sont pas présélectionnés pour le Prix Tangente 2016, et à les lire, étendu sur la plage ou dans un confortable fauteuil.
 
Quand vous vous serez fait une opinion, il restera à voter. Aucune autre condition que de s’identifier (cela évite certains abus) n’est demandée pour le faire. Vous avez jusqu’au 30 septembre, mais n’attendez pas trop ! Le vote est possible en ligne. Les deux dernières étapes : un jury indépendant choisit le lauréat parmi les cinq ouvrages qui obtiennent le plus de voix, puis la remise des prix se fait en novembre au Palais du Luxembourg lors de la cérémonie annuelle des Trophées Tangente.
 
 
 

Prix Tangente des lycéens : un début prometteur

 
Comme son illustre modèle le Prix Goncourt, le Prix Tangente du livre a maintenant un petit frère, le Prix Tangente des lycéens, dont la première version s’est déroulée durant l’année scolaire qui vient de se terminer. Le principe ? Dix lycéens (au moins) issus de chacun des dix lycées sélectionnés (répartis dans dix académies) lisent dix livres et établissent un classement. En pratique, le Prix Tangente des lycéens commence dès la rentrée de septembre. Les lycées, le plus souvent par l’intermédiaire de leurs documentalistes ou d’enseignants de mathématiques, font acte de candidature en nous envoyant un simple email.
 
De ce fait, ils s’engagent à motiver un minimum de dix lycéens qui liront les livres sélectionnés au cours de l’année, puis en discuteront et dégageront un vainqueur selon une procédure assez ouverte, mais respectant le règlement.
Parallèlement, l’équipe de Tangente sélectionne dix livres de culture mathématique parmi ceux qui, parus durant les dernières années, sont les plus adaptés aux lycéens, et propose à leurs éditeurs (si possible tous différents) de les mettre en compétition.
 
L’équipe organisatrice choisit alors les dix lycées « de base » qui participeront en s’appuyant sur des critères de diversité : la préférence est donnée aux nouveaux établissements, en essayant de couvrir le maximum d’académies. Ces lycées recevront gratuitement les livres de la part des éditeurs (un bon « coup de pouce » pour commencer à équiper le CDI en ouvrages de littérature mathématique, voir en encadré), mais tous les lycées candidats peuvent participer s’ils se procurent eux-mêmes les ouvrages.
 
 
Les élèves du lycée Jean-Bart de Dunkerque (Nord) qui ont participé au Prix Tangente des lycéens 2016.
 
 
  
La première édition du Prix Tangente des lycéens, qui vient de s’achever, a vu dix lycées pionniers se lancer dans l’aventure en faisant participer leurs élèves (plus de cent cinquante en tout). Le grand gagnant a été désigné : il s’agit de la Pomme d’Alan Turing de Philippe Langenieux-Villard.
 
Le détail des modalités d’organisation locale était laissé à l’équipe porteuse du projet, généralement constituée d’un binôme d’enseignants (documentaliste et maths). Certains ont organisé un club de lecture, d’autres en ont fait un projet de classe interdisciplinaire avec des collègues de français. Certaines délibérations se sont faites autour d’un repas, comme pour le Goncourt, et l’évènement a été souvent associé à une importante communication : interviews dans la presse locale, reportages d’élèves…
 
 
« Les élèves sont contents de constater que les résultats correspondent en partie à leurs choix. Ils ont dans l’ensemble énormément apprécié la plupart des titres proposés. Certains les ont même présentés sous forme de chroniques radio » nous écrit Isabel, professeure documentaliste au lycée Pierre-Gilles-De-Gennes de Cosne-sur-Loire (Nièvre).
 
 
Les voeux qui ont présidé à la création du Prix Tangente des lycéens semblent avoir été exaucés. Introduire de la littérature culturelle mathématique dans les CDI (centres de documentation des lycées), en espérant deux conséquences positives : en direction des élèves doués pour les maths, que cela peut inciter à lire, en direction des autres, à qui cela peut permettre une entrée dans le monde des mathématiques plus proche de leurs centres supposés d’intérêt.